Carte Moldavie

La Moldavie, dans l'est de la Roumanie, séparée de l'Ukraine et de la République de Moldavie par la rivière Prut, recèle les magnifiques trésors d'art et d'architecture moyenâgeuse que représentent les monastères. C'est une région riche du point de vue agricole, avec plusieurs centres industriels (Galati, Bacau, Braïla) et des villes de grande tradition culturelle comme Iasi, sa capitale.

 

Pour le public occidental non avisé, la Moldavie évoque une contrée incertaine. Que reste-il donc de ce qui fut un grand pays, dont les princes, brillants et cultivés, qui régnèrent aux XVIème et XVIIème s. des Carpates de Bucovine à la mer Noire? Depuis cet âge d'or, le destin de la Moldavie n'est qu'un lent glissement vers l'oubli. Fidèle à une capacité historique à résister au pire, elle ne se laisse pas envahir par un spleen moldave, qui serait chargé de nostalgie, de paradis et de somptueux monuments. Particulièrement dynamique, sa jeunesse sait que son salut ne viendra jamais de Bucarest, mais de son ouverture au monde, comme au bon vieux temps des voïvodes.




La plaine du Siret, par où passent les échanges millénaires entre le Bosphore et les pays qui s'étendent jusqu'à la Baltique, coupe la Moldavie en deux. Côté ouest, vers les Carpates, elle est apaisante, confortablement adossée à ces monts couverts de forêts, d'ermitages et de villages coquets. De tout temps, les populations locales y ont trouvé un abri sûr. Dans ces montagnes s'est entretenu un foisonnement spirituel qui en fait l'un des hauts lieux du monde orthodoxe. Côté soleil levant, la Moldavie des collines est inquiète. Comme tous ces pays qui n'ont jamais été épargnés par l'adversité, elle ne se donne pas aisément. Elle couvre sa fragilité de musiques tourbillonnantes et de villages-oasis aux modestes maisons de terre crue, chaulées de bleu ou de vert, bordées d'arcades orientales. En été, la vie disparaît sous de grandes treilles à l'ombre desquelles vieillards et chats passent les heures chaudes. Tout autour flottent des parfums de poivron, de fruits mûrs et d'aneth. C'est dans ces paysages de l'intime que se mesure l'art de vivre du Moldave: il a toujours su parer son univers d'une poésie et d'une douceur qui ont souvent eu le goût âcre de l'éphémère.

La Moldavie est née au coeur des montagnes de la Bucovine, mais ses princes s'en sont peu à peu éloignés, jalonnant de résidences un territoire devenu très étendu et donc difficile à contrôler.

Oubliées à l'extrémité nord-est de la Roumanie, les collines de Botosani et de Iasi paraissent bien sévères et de peu d'intérêt, malgré la tendresse qui émane des modestes villages de la région.

Il est conseillé de les fréquenter au mois de mai, en octobre et surtout en hiver, lorsque les lumières font naître des sensations irréelles et des pulsations archaïques qui se déchaînent au Nouvel An.










LEGENDE

La naissance de la Moldavie :

Sur les terres voisines de Maramures vivait un jeune seigneur plein de bravoure, Dragos. Un beau jour, escorté de fidèles compagnons, il quitte son village pour chasser du côté des montagnes au soleil levant. Là-haut, ils croisent la trace d'un aurochs (bison) et la suivent. Après avoir traversé monts et forêts, ils débouchent dans une très belle vallée où ils aperçoivent enfin un magnifique aurochs, qui porte une étoile au front. Ils le pourchassent jusqu'aux berges d'une rivière pure et légère, où ils le mettent à mort. Au cours d'eau, Dragos donne le nom de sa chienne Molda, morte d'épuisement. Tous sont séduits par ces terres inconnues et s'y installent, après avoir été chercher leurs familles. Et là-bas, au bord de la Moldova sur ces terres inhabitées aux confins desquelles vagabondent des Tatars nomades et leurs troupeaux, ils fondent un État qui porte le nom de la rivière. Ils font de l'aurochs au front étoilé l'emblème du pays et de Dragos leur voïvode.








Office de Tourisme de Roumanie

www.guideroumanie.com


info@guideroumanie.com





Date

Vendredi 20 Octobre 2017

 

Heure

Paris :  05h13

Bucarest : 6h13