Distance avec Bucarest en voiture : 313 km
Berceau de la civilisation saxonne, Sibiu, qui compte 170 000 habitants, est la ville de Roumanie qui a préservé le plus vaste ensemble de vieux quartiers: ils donnent parfois au promeneur l'illusion de se trouver dans une vieille cité allemande de Franconie. Sur 70 ha, la vieille ville réserve un dédale mélancolique de vieilles rues pavées, de passages et d'escaliers, de jardins secrets, de places, de maisons aux coloris fatigués et aux volets verts. Au milieu des toits, des lucarnes allongées, comme des paupières mi-closes, donnent le sentiment que la ville somnole ou épie le passant.

Une cité saxonne

Vers 1150, les premiers arrivants allemands se fixent sur les terrasses de la vallée du Cibin (d'où la ville tirera son nom roumain en remplacement du nom latin de la cité Cibinium). Habité depuis la préhistoire, ce site se trouve à la convergence de routes d'échanges déjà connues des Romains: celle qui relie Alba Iulia au pays de Bârsa (Brasov) et l'axe des Balkans au centre de l'Europe. Baptisé Villa Hermanni (en latin) ou Hermannstadt (en allemand), un bourg se développe à partir d'une rangée de maisons, l'actuelle str. 9 Mai, mais les Tatars l'anéantissent en 1241. Jusqu’en 1470, les Saxons ne cessèrent de fortifier la cité pour faire face aux invasions turques. Dotée de 39 tours de défense, la citadelle fortifiée de Sibiu acquit une réputation d’être la seule imprenable en Transylvanie.

Sibiu, ville libre

Pour stimuler sa reconstruction, le roi de Hongrie lui accorde le statut de ville libre, administrée par les corporations. Sans délai, elle met sa prospérité à l'abri de remparts qui s'étendront en cercles concentriques jusqu'au XVème s. Hermannstadt devient la grande cité économique et militaire de Transylvanie. Dès le XVIIIème s., les Saxons partagent la ville avec Roumains, juifs et Hongrois. Elle abrite le mouvement de revendication des Roumains de Transylvanie qui y créent, en 1861, l'association ASTRA (Asociatia Transilvene de Artã si Literaturã) dont le nom reste lié aujourd'hui à un remarquable ensemble muséographique.

Le Musée

Brukenthal, situé au coeur historique de la ville, est un de ses plus beaux édifices de style baroque. Il fut construit en 1787 pour être la résidence du baron Samuel von Brukenthal. Grand amateur d'art et collectionneur de toiles d'artistes peintres européens confirmés, il avait souhaité léguer ses collections à la Transylvanie sous la forme d'un musée. Emblème de la ville, la tour de l'Hôtel de Ville, qui avait été initialement construite aux XIII-XIV-èmes siècles, doit son aspect actuel à la reconstruction entreprise en 1826. Depuis son sommet, on a une vue à 360 degrés sur la ville. A proximité, on distingue le clocher de l'Eglise Evangélique. Construite sur les fondations d'une ancienne basilique romane, elle est dédiée à la Vierge Marie. Les murs intérieurs sont décorés d'une fresque de grande ampleur, la plus grande de Transylvanie, représentant la Crucifixion. Elle fut réalisée en 1445 par Johannes de Rosenau. Les orgues de style baroque sont l'oeuvre d'un maître slovaque en 1672 et sont les plus grands du sud-est de l'Europe. Chaque année, au mois de mai, la ville organise un festival international de théâtre.

 

Sibiu, ville européenne

Logo Sibiu 2007Désignée pour être la Capitale Européenne de la Culture en 2007 en association avec Luxembourg-ville, Sibiu possède un riche patrimoine architectural et artistique.

 

Office de Tourisme de Roumanie

www.guideroumanie.com


info@guideroumanie.com





Date

Dimanche 23 Avril 2017

 

Heure

Paris :  15h49

Bucarest : 16h49