Distance de Bucarest en voiture : 266 km
Constanta, troisième ville du pays, peut être le prétexte d'une escapade pour ses trésors archéologiques et l'atmosphère de son vieux centre.

L'antique Tomis

Ici, la présence humaine remonte au moins au Vème millénaire avant notre ère. Au VIème s. av. J.-C, des colons Grecs originaires de Milet fondent la colonie de Tomis sur la péninsule où se trouve aujourd'hui la vieille ville. En 29 av. J.-C., l'Empire romain s'installe pour six siècles en Dobrogea et assure un essor important à la cité. Vivotant jusqu'alors dans l'ombre des cités voisines d'Histria et Callatis (Mangalia), Tomis devient peu à peu le siège du commandement militaire romain. Profitant du déclin d'Histria, son port se développe, mais, dès le IIIème s., des invasions ravagent la ville.
L’évêché mis en place, dépendant de Byzance, contribua au développement religieux de la cité. En 680, la cité fut dévasté par l’invasion des Avares, elle est rebaptisée Constantiana (en l'honneur de la sœur de l'empereur Constantin), qui devient Constanta (ou Küstendje pendant la domination ottomane).

Présence Ottomane

Au Xème s., la belle cité n'est plus qu'un village de pêcheurs auquel les commerçants génois redonnent un peu de lustre, mais la conquête de la Dobrogea par les Ottomans, au XVème s., inaugure une longue période de léthargie sous la domination ottomane. Constanta n'en sort qu'en 1877. La ville devenant une véritablement moderne retrouve alors un fort dynamisme et devient le débouché maritime dont la Roumanie avait tant besoin.

A partir de la seconde moitié du XIX-ème siècle, après la construction, par une compagnie anglaise, du premier tronçon de chemin de fer de Roumanie, Constanta Cernavoda. Le lieu le plus symbolique de la ville est la place Ovide, évoquant le célèbre poète romain qui y est mort durant son exil. Une statue le représentant a été placée devant le Musée National d'Histoire et d'Archéologie, qui retrace l'histoire de la région de Dobroudja du paléolithique à nos jours. Parmi les pièces exceptionnelles de l'antiquité classique, on remarquera le serpent Glykon, représentation d'une créature au corps de serpent et à la tête humaine, sculptée en un seul bloc de marbre, et censée avoir été le protecteur de la cité.

Office de Tourisme de Roumanie

www.guideroumanie.com


info@guideroumanie.com





Date

Jeudi 29 Juin 2017

 

Heure

Paris :  09h13

Bucarest : 10h13